Actus

Date : 13/07/2018

LA FEDELIMA a le plaisir d’accueillir 4 nouveaux adhérents !

SUPERFORMA - Le Mans
Comme son nom l’indique, SUPERFORMA est un projet multiple, point de convergence entre création, diffusion, action artistique et culturelle et accompagnement des pratiques, se nourrissant naturellement du tissu local. Cet ancrage est amplifié par des partenariats extérieurs qui permettent d’inscrire « la scène Sarthoise » dans une dynamique du local à l’international. La plus-value forte de SUPERFORMA passe par l’intégration ou la coopération des ressources humaines d’une partie des équipes historiques des Saulnières, de Bebop, et l’Alambik en une seule et unique équipe qui œuvre en étroite collaboration avec Le Silo sur la répétition, l’info-ressource et l’Excelsior sur les volets programmation et actions culturelles.

LA GAÎTÉ LYRIQUE - Paris
Ouverte en 2011, la Gaîté Lyrique est un établissement culturel de la Ville de Paris dédié à la rencontre entre les arts, les technologies et la société. Pensée comme une plateforme multidisciplinaire, la Gaîté Lyrique porte un regard éclairé, critique, décalé et amusé sur les cultures populaires, les pratiques numériques et leurs formes artistiques émergentes. Lieu de rencontres et de travail pour les artistes, la Gaîté Lyrique est ouverte à tous pour visiter une exposition, voir un concert, assister à une conférence, boire un verre ou participer à un atelier.

LE RAVE - Réseau des Arts Vivants Électriques
Le RAVE est une plateforme au service d’associations exclusivement composées de bénévoles, impliquées dans les développements des musiques actuelles sur le Pays du bocage Ornais et sa périphérie. Le projet associatif du RAVE rentre dans le cadre que l’on appelle également « l’économie sociale et solidaire des arts et de la culture ». On y compte de nombreuses initiatives, hybrides dans leur financement et leurs logiques d’actions, en lien avec leur territoire et déployées avec les populations. C’est un espace d’innovation sociale, culturelle et artistique dans lequel viennent puiser les secteurs industriels, touristiques ou institutionnels.

RMAN - Réseau des Musiques Actuelles en Normandie
Le Réseau des musiques actuelles en Normandie est une association qui a pour mission la structuration du paysage régional en matière de musiques actuelles et d’en favoriser le développement. Il rassemble une grande diversité d’acteurs intervenant au moins sur l’un des champs suivants : la diffusion, le développement et l’accompagnement artistique, la musique enregistrée, les médias l’enseignement, la formation et l’action culturelle. RMAN développe une dynamique de concertation, de co-construction et de coopération en s’appuyant sur la complémentarité et les collaborations entre les différentes structures du territoire régional. Il a pour but de mutualiser des compétences, des outils, des savoir-faire, de capitaliser les expériences acquises et créer des espaces de réflexions, d’échanges et d’observation.


Date : 23/05/2018

Communiqué inter-fédérations et réseaux musiques

Poursuite de la démarche inter-réseaux et fédérations après la plénière du 16 avril 2018 à l’Assemblée Nationale.

Vingt-deux fédérations nationales et réseaux régionaux des musiques ont, le lundi 16 avril dernier à l’Assemblée Nationale, ouvert une concertation large sur les politiques publiques en faveur de la musique. Les 120 participants, représentant une pluralité des musiques d’aujourd’hui, ont partagé leurs analyses respectives des enjeux auxquels sont confrontés les acteurs des musiques, convergeant en premier lieu sur la nécessaire affirmation de la diversité des initiatives (artistiques, des acteurs, des projets, des modèles économiques...).

Diversité qui a fait l’objet des interventions des réseaux et fédérations, dans un élan inédit réunissant les acteurs de la création, la production, la diffusion et des pratiques des musiques, représentant majoritairement des initiatives privées qui enrichissent et dynamisent les territoires, portent une forme d’utilité sociale et concourent à l’intérêt général, souvent en partenariat avec des collectivités territoriales et parfois le ministère de la Culture.

Diversité qui, selon Emmanuel Négrier, chercheur en science politique invité à introduire les débats, a représenté pendant dix années un socle des politiques publiques de la culture, prenant en compte l’expérience musicale des personnes, les modèles économiques, les activités, et les philosophies d’intervention. Or, l’ensemble des participants partage l’analyse que les politiques publiques, telles qu’elles sont dessinées aujourd’hui, risquent de restreindre la diversité pourtant défendue dans les discours tenus.

Ces coopérations et partenariats essentiels qui participent d’un écosystème sont en grand danger si les orientations concernant, tant le projet de Centre National de la Musique que l’ensemble de la politique du ministère, ne prennent pas mieux en compte la diversité des initiatives privées d’intérêt général.

Tous, d’une même voix, ont appelé de leurs vœux à des politiques publiques en faveur des musiques, intégrant la complexité de ce champ culturel, dans sa construction historique et sa structuration actuelle, du national au local.


Date : 14/05/2018

Communiqué de la FEDELIMA

Politiques publiques de la culture : création du Centre National de la Musique

Madame la Ministre de la Culture a annoncé, mercredi 25 avril dernier, le démarrage d’une phase de préfiguration opérationnelle d’un Centre National de la Musique dont l’ouverture est souhaitée au début de l’année 2019. La FEDELIMA se félicite d’une telle perspective qui conduira à la mise en œuvre d’un nouvel outil d’accompagnement et de renforcement des politiques publiques des musiques.

L’intelligence du Ministère de la Culture, après avoir ouvert son périmètre dans les années 80/90, a été de favoriser une pensée multiscalaire de la musique et une structuration « à la française » de ce domaine. Nous sommes aujourd’hui en train de récolter les fruits d’un long processus en termes de créativité de la population et d’émancipation des personnes. Notre enjeu est à la fois de prolonger et d’entretenir ces évolutions remarquables.

C’est cette richesse et cette complexité que la FEDELIMA souhaite faire vivre et encourager au sein du futur Centre National de la Musique.

Les musiques s’inscrivent selon nous, pleinement au cœur des problématiques de nos sociétés. Elles peuvent être considérées d’un point de vue pragmatique, ce qui est le parti du discours de notre Ministre qui décrit ce domaine en tant que « filière ».

Notre propos n’est pas de nier les aspects « macros » et industriels, mais d’ouvrir le champ de réflexion plus largement, d’en restaurer la complexité, le caractère pluriel et de souligner la richesse de son écosystème...


Date : 23/04/2018

Actes des rencontres territoriales en Nouvelle-Aquitaine

Impulsées par un collectif d’acteurs et actrices musiques actuelles corréziens, les rencontres territoriales en Nouvelle-Aquitaine - qui se sont déroulées les 14 et 15 novembre 2017 à Tulle - sont le fruit d’une co-construction entre 3 réseaux : le Réseau des Indépendants de la Musique (RIM), la Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles (FAMDT) et la Fédération des Lieux de Musiques Actuelles (FEDELIMA). Elles ont été rendues possibles par la coopération de nombreux acteurs locaux qui se sont impliqués dans l’accueil et la concrétisation de ces Rencontres Territoriales en Nouvelle-Aquitaine : Des Lendemains Qui Chantent, Collectif Vacance Entropie, le Centre Régional des Musiques Traditionnelles en Limousin et le Conseil Départemental de la Corrèze. Elles avaient pour but de questionner et de relier des enjeux importants pour le territoire.


Date : 19/04/2018

Les lieux de musiques actuelles gérés par un Etablissement Public Local

Une étude réalisée en collaboration avec le cabinet Baron, Aidenbaum & Associés

La FEDELIMA a le plaisir de vous annoncer la publication de son étude sur « Les lieux de musiques actuelles gérés par un Établissement Public Local », réalisée en collaboration avec le cabinet Baron, Aidenbaum & Associés.

Les établissements public locaux (EPL) sont confrontés à l’absence de références et d’expériences communes dans la gestion de lieux de musiques actuelles et de textes réglementaires suffisamment clairs encadrant ces modes de gestion.

Les zones de flou et les non-dits du Code général des collectivités territoriales (CGCT) laissent le champ libre aux interprétations arbitraires des collectivités de tutelle et des agents comptables publics. Face à ces constats, un groupe de travail s’est constitué au sein de la FEDELIMA et a souhaité mettre en œuvre une étude approfondie d’ordre juridique et de gestion, l’objectif étant de pouvoir formaliser un cadre des usages communs aux EPL.

En avril 2016 que la FEDELIMA s’est donc associée au Cabinet Baron, Aidenbaum & Associés pour mener cette étude et apporter des éléments d’analyse et de réponse qui vous sont restitués dans ce document.